Rechercher
  • Stéphane Le Colas

L'Ayurvéda et l'Anorexie Mentale


Une de mes étudiantes vient d'avoir un cas pratique sur ce trouble. J'en profite pour faire un petit topo.


L’anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire très difficile à traiter. Il s’agit d’un trouble essentiellement psychologique qui a des répercussions sur la physiologie de la personne malade. L’Ayurvéda, dans ce cas et de mon opinion personnelle, ne pourra qu’accompagner, mais pas guérir. Le soutien d’un professionnel de la santé mentale (psychologue ou psychiatre) est primordial. Nous verrons donc ici ce qu’en dit l’Ayurvéda.


Tout d’abord, définissons ce qu’est l’anorexie. Il s’agit du refus de s’alimenter. Ce peut être pour diverses raisons :

  • Tout d’abord l’anorexie médicale, qui fait suite à des pathologies de l’appareil digestif,

  • Puis l’anorexie mentale, qui est un refus de s'alimenter lié à des facteurs psychologiques. L’anorexie nerveuse, qui se focalise sur la peur de grossir et d’être en mauvaise santé, fait partie de l’anorexie mentale. Pour lexicalement faire la distinction entre les personnes qui souffrent d’anorexie nerveuse et celles qui souffrent d’anorexie mentale, on dit que les personnes qui souffrent d’anorexie mentale éprouvent une satisfaction à perdre du poids et à exhiber leur maigreur contrairement aux personnes qui souffrent d’anorexie nerveuse. Cependant, les 2 peuvent se rejoindre.

Nous nous focaliserons ici sur l’anorexie mentale, qui est donc un trouble de l'alimentation exprimé par une perte du désir de manger même lorsque l’on a faim. En Ayurvéda, ceci est connu sous le terme Aruchi. Cette condition peut survenir en raison d'un mode de vie déséquilibré, du stress et d'une mauvaise alimentation.

Les personnes atteinte d’anorexie mentale, n’ont pas d’appétit en raison de causes psychologiques et secondairement de problèmes de digestion. Ces personnes ont de plus souvent un mauvais goût persistant dans la bouche qui ajoute une raison pour ne pas s’alimenter.


Selon l'Ayurvéda, l'anorexie mentale est due à une aggravation des 3 doshas Vata, Pitta et Kapha, qui engendrent des facteurs psychologiques tels que la peur, la colère et le stress, et qui conduit à une digestion incomplète des aliments.

Il existe deux types d'anorexie mentale :

  • Type restrictif : pour les personnes atteintes de ce type d'anorexie mentale, la perte de poids est obtenue par un régime alimentaire très restreint, jeûne y compris. La quantité et le type d'aliments (surtout les glucides) sont contrôlés, des repas peuvent être sautés, et l’exercice physique pratiqué peut être excessif.

  • Type avec frénésie alimentaire : pour les personnes atteintes de ce type d'anorexie mentale, la perte de poids est principalement obtenue grâce à des vomissements provoqués ainsi qu’à des laxatifs. La frénésie alimentaire se caractérise par la consommation incontrôlée et répétée de grandes quantités de nourriture associée à un sentiment de culpabilité et de détresse.


Ci-après, différents symptômes de l'anorexie mentale :

  • Constipation,

  • Distension abdominale,

  • Pratique excessive de l’activité physique,

  • Perte de poids rapide,

  • Masse corporelle faible pour l’âge et la taille de la personne,

  • Peur d'un petit gain de poids,

  • Obsession de compter les calories apportées par l’alimentation,

  • Déformation de l’image de soi (et dysmorphophobie),

  • Faible estime de soi et peu d'interactions sociales,

  • Maladie mentale (souvent dépression),

  • Sautes d'humeur,

  • Hypotension,

  • Insomnie,

  • Intolérance au froid,


Selon l’Ayurvéda, la perte d’appétit elle-même serait la conséquence d’un excès de Kapha dans l'estomac. On peut ici voir Kapha comme une substance fluide et épaisse, semblable à du mucus.

Le traitement ayurvédique de l'anorexie mentale se concentre sur la cause profonde de la maladie et aide à la contrôler. Il va donc avoir pour but de détendre, de calmer et d’apaiser mentalement la personne malade.


La principale cause de maladie selon l’Ayurvéda, est un déséquilibre de Vata. La 1ère étape du traitement consiste à diagnostiquer précisément le fonctionnement de Vata, de Pitta et de Kapha dans l'estomac. On notera aussi le déséquilibre du sous-dosha de Kapha responsable du goût (Bodhaka Kapha) et qui conduit à la perte d’appétit.


Le traitement ayurvédique de l'anorexie se concentre sur plusieurs objectifs :

  • Rétablir une masse corporelle adéquate pour une vie saine,

  • Intéresser le malade au fait de manger et réduire sa phobie de manger plus que nécessaire,

  • Soutenir la famille et les amis du malade,

  • Inciter à pratiquer régulièrement le Yoga et la méditation,

  • Concentrez-vous davantage et impactez le mécanisme du goût,

  • Aider à combattre la peur, la colère et/ou la tristesse,

  • Soutenir l’estime de soi de la personne malade,


L'Ayurvéda, comme la plupart du temps, se concentre ici davantage sur le traitement de la cause profonde de la maladie plutôt que sur ses symptômes. Selon moi, l’approche thérapeutique se doit donc d’être pluridisciplinaire, et le praticien en Ayurvéda correctement formé pour prescrire un traitement réellement adapté à la personne malade. Je ne peux donc vous donner ici que quelques remèdes ayurvédiques généraux qui peuvent accompagner une personne qui souffre d’anorexie :

  • Se gratter la langue pour éviter la perte du goût qui entraîne elle-même une perte d'appétit.

  • Pratiquer les asanas (postures de yoga) qui favorisent la digestion (en particulier les torsions). Le yoga a pour autre avantage de faire reprendre conscience à la personne de son corps, d’entrer en contact avec celui-ci.

  • Pratiquer les pranayamas équilibrants (ex : Nadi Shodhana) et la méditation, en particulier de pleine conscience.

  • Consommer du gingembre, par exemple en infusion. Le gingembre stimule l'appétit. Il stimule aussi la digestion si on ajoute à l’infusion un peu de jus de citron et un peu de sel de roche.

  • Consommer un peu de pâte ou de jus de tamarin avec un peu de sel. Ce remède améliore le sens du goût.

  • Epicer les plats de fenugrec, qui donne de l’appétit et favorise la digestion.

  • Se complémenter avec un peu de Trikatu si l’état de l’estomac le permet afin de renforcer le feu digestif (Jathargni) affaibli par le manque de combustible (les aliments). On le prendra en poudre avec un peu d’eau chaude et du miel.

  • Se supplémenter en probiotiques pour rétablir la flore intestinale.

  • Epicer les plats d’ase fétide qui favorise la digestion.

  • Boire un peu d’eau chaude avant de manger quoi que ce soit pour aider là-aussi à la digestion.

  • Boire des infusions de camomille, qui détend, permet de mieux dormir et stimule l’appétit.

  • Consommer de la cardamome dans les plats ou en infusion, pour favoriser la digestion et diminuer le stress.

  • Selon les personnes, se complémenter en Ashwaghanda, Mandukaparni, Brahmi, Tulsi, Shatavari et/ou Atmagupta.


Je le répète une dernière fois, pour qu’il n’y ait aucun malentendu, le traitement ayurvédique, et s’il est correctement établi par une personne compétente, ne pourra à mon sens qu’accompagner une approche pluridisciplinaire. Le traitement de la maladie peut-être très long : plusieurs mois voire plusieurs années. Cette maladie peut être même fatale (système immunitaire très affaibli, déshydratation, famine, déséquilibre électrolytique ou suicide). En tant que praticiens en Ayurvéda, nous devons toujours encourager les personnes qui souffrent d’anorexie mentale à entreprendre un suivi psychologique ou psychiatrique si elles ne l’ont pas déjà mis en place.

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout