Rechercher
  • Stéphane Le Colas

Introduction à l'Aromathérapie et à l'Olfactothérapie Ayurvédiques

Dernière mise à jour : 22 janv.


Dans le Module 4 du Cours de Praticien en Ayurvéda (à paraître), nous étudierons plus en détail l'aromathérapie et l'olfactothérapie en rapport avec l'Ayurvéda. Aujourd'hui, voyons déjà comment utiliser les substances odorantes.

Tout d'abord, les huiles essentielles. Lorsqu'elles ne sont pas diffusées dans l'air ambiant, elles sont généralement appliquées en externe et ne doivent être ingérées qu'avec précaution, sous forme de préparations spéciales. En effet, une infime quantité d'huile essentielle ingérée pure peut-être très dangereuse. Par exemple, une cuillérée à thé de n'importe quelle huile essentielle ou presque est suffisante pour trouer la paroi de l'estomac et peut nous être fatale.

Les huiles essentielles sont volatiles et irritantes. Elles peuvent détruire les membranes des muqueuses. Elles ne doivent donc jamais être appliquées directement sur les muqueuses ou dans les yeux.


1. Usage Externe

En application externe, les huiles essentielles peuvent-être placées à différents endroits sensibles du corps. La plupart de ces points se trouvent au niveau de la tête, comme le troisième œil (Ajna Chakra), le sommet de la tête (Sahasrara Chakra), les tempes (pour les maux de tête), le haut du nez (pour les sinusites) et derrière les oreilles ou sur le cou, où l’on peut facilement les sentir.

On peut également simplement mettre une goutte d'huile essentielle sur le poignet et la sentir régulièrement.

L'huile essentielle pure peut-être diluée dans de l'alcool, dans de l'eau, ou dans une huile plus lourde comme l'huile de noix de coco ou l'huile de sésame.

Certaines plantes peuvent être réduites en poudre et mélangées avec de l'eau afin de créer une pâte odorante. C'est le cas du bois de santal réduit en poudre puis transformé en pâte, que l'on applique sur le troisième œil.

D'autres sites importants sont :

  • le cœur (directement au milieu de la poitrine) ou le centre du haut du dos à l'opposé du cœur, pour les troubles affectant les poumons,

  • le nombril, pour les problèmes digestifs ou pour renforcer la volonté,

  • le point situé entre le nombril et le pubis, pour les problèmes de fertilité.

À ces endroits, l'odeur des huiles essentielles ne produit pas d'effet direct. Les huiles essentielles agissent sur les organes et sur les chakras à un niveau subtil, lorsqu'elles pénètrent la peau.

D'une manière générale, les huiles essentielles peuvent-être appliquées sur tous les chakras et sur tous les points marmas. Les encens, eux, sont fabriqués à partir de résines, d’écorces, ou même de branches comme celles du cèdre. Nous pouvons simplement respirer l'odeur d'encens qui brûlent pour un effet direct sur notre organisme ou nous pouvons les utiliser pour purifier notre environnement.

Enfin, certaines plantes et herbes séchées et certaines résines peuvent-être aussi être posées et brûlées directement à certains endroits du corps. C'est le principe de moxibustion, chère à la médecine traditionnelle chinoise (MTC), qui consiste à brûler des feuilles d’armoise sur une fine tranche de gingembre posée sur le corps.

En Ayurvéda, on utilise de l'acore vrai (jonc odorant) brûlé sur une fine tranche de curcuma. L'huile essentielle de la plante pénètre alors dans le corps grâce à la chaleur. C'est comme cela que l'on peut traiter certains points marmas, comme ceux qui correspondent aux chakras.


2. Usage Interne

Les huiles essentielles doivent être diluées pour être ingérées. On peut notamment les consommer sous forme d'infusions (dans ce cas, on les dilue dans un peu de miel que l'on ajoute à l'infusion. Cf. article sur le miel). Dans ce cas, on excèdera pas quelques gouttes d'huile essentielle par bol.

Lorsqu'elles sont ingérées, les huiles essentielles stimulent l'organisme via le Prana. Pour cette raison, il est préférable de les garder quelques instants dans la bouche avant de les avaler. Elles agissent alors directement sur le Prana, ou la force de vie, au niveau de la tête, comme si elle était simplement inhalées.

Les huiles essentielles et les épices sont également utilisées en Ayurvéda dans les thérapies de sudation (bains de vapeur).


Les huiles essentielles qui possèdent une odeur agréable possèdent généralement un effet équilibrant sur l'esprit et sont de nature sattvique. Elles équilibrent les trois Doshas, Ojas, Tejas et Prana. Elles sont légères, douces et purifiantes. Comme l’odeur est la qualité sensorielle qui appartient à l'élément Terre, les huiles essentielles nourrissent l'esprit et les émotions (liées à l'Ether) des propriétés douces et nutritives de cet élément. Les huiles essentielles contiennent, selon leur nature spécifique, les 5 éléments mais dans une forme subtile, plus raffinée.

En excès, certains parfums peuvent aggraver les Doshas mais moins que si l'on l'utilisait les plantes directement, sous leur forme grossière. Les huiles essentielles qui proviennent de plantes très sèches, très légères et très odorantes peuvent augmenter Vata. Les huiles essentielles qui proviennent de plantes qui ont une odeur chaude et piquante peuvent augmenter Pitta. Les huiles essentielles qui proviennent de plantes qui ont une odeur fraîche et sucrée peuvent augmenter Kapha.

Comme les huiles essentielles agissent essentiellement au niveau du Prana, elles stimulent la force de vie dans l'organisme. Comme toutes les maladies impliquent un certain déséquilibre, un certain trouble dans la force de vie, les huiles essentielles peuvent aider à traiter toutes les maladies à travers le Prana. Elles servent d'agent catalytique pour promouvoir le mouvement correct de la force de vie dans l'organisme.


En général, les huiles essentielles de fleurs ont un goût sucré, un effet post-digestif rafraîchissant et une énergie rafraîchissante. Elles diminuent Pitta et Vata, mais en excès elles peuvent augmenter Kapha. Les huiles essentielles au parfum épicé, comme celle de cannelle ou celle de musc, ont généralement un goût piquant un effet post-digestif réchauffant et une énergie réchauffante. Elles diminuent Kapha et Vata, mais elles peuvent augmenter Pitta.

Les huiles essentielles qui sont purement piquantes, comme celle de camphre ou de sauge, sont les meilleures pour Kapha.

Celles qui sont piquantes et sucrées, comme celle de cannelle, de gingembre ou de cardamome son meilleures pour Vata.

Il existe des huiles essentielles qui sont amères et piquantes, comme celle de vétiver et de henné. Ces dernières sont recommandées pour Pitta et possèdent un fort effet réfrigérant.

Les huiles essentielles les plus parfumées peuvent augmenter Vata si elles sont utilisées un excès. Elles peuvent provoquer une sensation de vertige et d'hypersensibilité. Cependant, elles sont généralement bonnes pour Vata, il faut simplement faire attention au dosage.


Voilà pour cette petite introduction, nous entrerons bien plus dans le détail dans le livre à paraître, avec notamment les effets particuliers des huiles essentielles les plus importantes...

48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout