Rechercher
  • Stéphane Le Colas

L'Ayurvéda et les Troubles du Sommeil


On en sort petit à petit et heureusement mais il paraît que le confinement a posé des problèmes de sommeil à un grand nombre de personnes…


Vous savez que l’Ayurvéda énonce les lignes directrices d'une vie saine et définit 3 grands types constitutionnels physiopathologiques (les doshas) comme base de toutes les fonctions corporelles. Le mot « Dosha » peut être traduit par « ce qui peut être déséquilibré ».

Quand ces 3 doshas (Vata , Pitta et Kapha) sont déséquilibrés, ils peuvent engendrer des maladies. Lorsqu’ils sont équilibrés, ils maintiennent une harmonie parfaite dans le corps et permettent la pleine santé.


Au niveau cellulaire, le dosha Vata peut être associé à la force qui régule la croissance, la différenciation et la mort des cellules. Ce dosha régit également les mouvements des cellules, des molécules, des nutriments et des déchets.

Le dosha Pitta est responsable des processus de transformation, tels que la digestion, le métabolisme et la production d'énergie. Au niveau cellulaire, ce dosha peut être associé à l'activité enzymatique, aux facteurs de croissance, aux processus hormonaux et aux réactions nécessaires à l'homéostasie et au maintien du métabolisme basal.

Le dosha Kapha contrôle la cohésion et l’unicité de notre être, aux plans physique et psychologique. Ce dosha forme et maintient la masse corporelle ainsi que notre souplesse. Au niveau cellulaire, les processus anaboliques et la coordination de la fonction des gènes et des protéines peuvent être associés à Kapha.


En Ayurvéda, notre constitution de base, d’équilibre, est appelée « Prakritti », combinaison unique des 3 doshas en proportions variables. Ainsi, le Prakritti détermine l'individualité et s'apparente au génotype.

L'Ayurvéda reconnaît 7 principaux types de Prakrittis, basés sur les différentes combinaisons des 3 doshas. Les doshas doivent être dans un état optimal, tout comme les relations qui existent entre eux, pour que nous puissions être en bonne santé. En conséquence, les individus aux doshas équilibrés sont moins sensibles aux maladies que les individus aux doshas déséquilibrés. Les déséquilibres des doshas, ou les interactions anormales entre eux, sont considérés comme une cause majeure de maladie. Le type et la nature de la maladie sont principalement déterminés par le(s) dosha(s) affecté(s).

Or, en Ayurvéda, le sommeil est considéré comme un principe de base de la Vie, une chose essentielle à tous les êtres vivants. Les textes ayurvédiques classiques comme la Sushruta Samhita, la Charaka Samhita, et la Vagbhatta Samhita, décrivaient déjà le sommeil et ses divers troubles. Une caractéristique unique de l’Ayurvéda est que le dosha dominant d’un individu est déterminé par les attributs psychosomatiques de sa personnalité. Les doshas déterminent diverses fonctions organiques de base, dont le sommeil.


Une perturbation de l'équilibre entre les doshas entraîne donc des modifications de diverses fonctions organiques, y compris le sommeil, et peut donc entraîner des troubles de l’endormissement ou des insomnies. Une étude menée en Inde sur 995 personnes a montré que la dominance du dosha Vata était associée à une augmentation des réveils nocturnes due à de la nervosité, et à de fréquentes siestes chez les personnes de plus de 60 ans en condition de démence sénile. La Charaka Samhita énonce que les personnes majoritairement Vata ont un sommeil de mauvaise qualité.

Ces personnes peuvent avoir des difficultés à s’endormir mais elles ont surtout le sommeil léger et ont du mal à se rendormir lorsqu’elles se réveillent. Ces personnes peuvent faire des rêves où elles volent, tombent ou courent, et peuvent faire des cauchemars plus fréquemment que les autres.

Ces insomnies proviennent du stress, de l’anxiété, de pensées trop nombreuses, de voyages trop fréquents et de l’utilisation de stimulants (café par exemple).

Le régime alimentaire à adopter dans ce cas doit être anti-Vata, et doit notamment inclure des produits laitiers, des céréales complètes et des légumes racines. Le café comme le thé doivent être évités. Boire du lait chaud avec un peu de noix de muscade 1h avant le coucher aide à améliorer le sommeil. Les activités cérébrales trop intenses sont à éviter le soir et il est conseillé de se coucher avant 22h et de se lever vers 6h.

Avant le coucher, un massage à l’huile de sésame chaude des pieds, du front ou du corps aide à l’endormissement. (Prendre une douche chaude après le massage.)

Quelques postures de yoga restauratif, la méditation et la récitation des mantras racines RAM ou SHAM favorisent également le sommeil.

Les compléments alimentaires ayurvédiques utiles sont le Jatamamsi, le Gotu Kola, le Tagar (valériane) et l’Ashwagandha. Dans notre herboristerie occidentale, la valériane, la scutellaire du Baïkal, la camomille et la passiflore sont parmi les plantes les plus efficaces, notamment sous forme de teinture mère.


Les personnes chez lesquelles Pitta est dominant peuvent aussi souffrir de troubles du sommeil, notamment à l’endormissement. Ces insomnies se produisent le plus souvent après une dispute ou un gros coup de stress et peuvent également faire partie d’une maladie fébrile ou infectieuse. Les émotions réprimées, une obstination excessive, un abus d’aliments épicés ou de stimulants et l’exposition à la chaleur ou au soleil provoquent aussi ces insomnies.

Les rêves peuvent être dramatiques mais ces personnes se rendorment facilement en cas de réveil.

Le régime alimentaire doit alors être anti-Pitta, en évitant surtout les stimulants, les aliments acides et les épices (dont le sel).

Les compléments alimentaires ayurvédiques utiles sont le Gotu Kola, le Bhringaraj, le Shatavari, l’aloès et le Jatamamsi. On peut également mettre quelques gouttes d’huile essentielle de bois de santal sur le front ou de l’huile médicinale au Brahmi (Brahmi Tailam) sur les pieds. Dans notre herboristerie occidentale, la scutellaire du Baïkal, la passiflore et le houblon sont parmi les plantes les plus efficaces.


Les personnes chez lesquelles Kapha est dominant ont tendance à bien et trop dormir. Elles aiment souvent les siestes en cours de journée également. Elles ont donc moins tendance à l’insomnie.

Cependant, les troubles du sommeil peuvent tout de même apparaître, de façon temporaire, lorsque les canaux des pensées (Manovaha Srotas) sont obstrués, ce qui empêche le sommeil.

Dans ce cas, les plantes nervines et réchauffantes sont indiquées, comme la noix de muscade, le jonc odorant (Vacha) et la valériane. Parfois, le simple fait d’épicer un peu plus les repas de la journée de gingembre ou de cannelle s’avère suffisant. Le Trikatu est une formule ayurvédique qui peut être utile dans ce cas.


J'espère que ce petit point sur le sommeil rédigé le soir ne vous aura pas endormi et je vous souhaite dès ce soir une douce nuit !


105 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout