Rechercher
  • Stéphane Le Colas

La Dinacharya, Routine Quotidienne de l'Ayurvéda


Je vois passer beaucoup d’articles et de posts qui traitent de la Dinacharya. Il me semble important de faire un point dessus car on voit passer beaucoup d’approximations.

Commençons par traduire ce que signifie Dinacharya. Il s'agit un mot sanskrit composé de Dina qui veut dire « jour » et de Charya, qui veut dire « règles » (On notera donc ici le lien avec la loi islamique, un ensemble de règles, la Charia. C’est la même racine.) En Ayurvéda, Dinacharya se rapporte donc à un ensemble de règles à observer quotidiennement [pour rester en bonne santé ET dans le cadre du traitement des maladies]. Ces règles ont pour but de nous accorder avec la Nature. C’est parce que l’on se désaccorde de la Nature, et par conséquent de notre propre Nature, que nous tombons malades.

Ces règles, souvent matinales, vont permettre, sur le plan physiologique, une bonne digestion, une bonne absorption et une bonne assimilation des nutriments. Sur le plan psychologique, elles vont favoriser la paix intérieure, la discipline et le bonheur. Cependant, bien qu’il existe quelques règles générales, la plupart doivent être adaptées à notre constitution de base comme à nos déséquilibres du moment, à notre âge ainsi qu’à la saison.


Voyons quelques-unes des règles générales :

  • Se lever tôt. Il est bénéfique de se lever de bonne heure car les qualités pures et subtiles de la Nature apportent alors paix et fraicheur à notre esprit et à nos sens. Les personnes Kapha devraient se lever entre 5h et 5h30, les personnes Pitta entre 5h30 et 6h et les personnes Vata entre 6h et 6h30.

  • Se gratter la langue. L’Ayurvéda recommande de se gratter la langue le matin, pas seulement pour éliminer les éventuelles toxines (Ama) et les bactéries mais surtout car cela stimule les organes internes et facilite ainsi digestion, absorption et assimilation. Les textes anciens disent que : « Le grattoir à langue doit être courbé sans arête coupante et être en or, en argent, en cuivre, en étain ou en laiton. Les impuretés, déposées à la racine de la langue, bloquent l'inspiration et provoquent une mauvaise haleine. La langue doit donc être grattée correctement. »

  • Boire de l’eau chaude. Comme 1ère boisson ingérée après le réveil, l’eau chaude, en particulier si elle est bue dans une tasse en cuivre, améliore le péristaltisme et nettoie les reins. Le café, qui peut à la longue participer à un phénomène de constipation et à la fatigue surrénale n’est généralement pas conseillé quotidiennement.

  • Veiller à son transit. Alors que la médecine conventionnelle occidentale considère que nous sommes constipés si nous allons à la selle moins de 3 fois par semaine, l’Ayurvéda considère que nous sommes constipés si nous n’allons pas à la selle au moins une fois par jour. Notre organisme a donc besoin d’éliminer quotidiennement, et cela se fait par un régime alimentaire et par un mode de vie adapté à qui nous sommes. Le Triphala peut être utilisé en complément dans les cas de constipation légère. Il faut bien sûr aussi veiller à rester bien hydraté.

  • Pratiquer des gargarismes à l’huile (de sésame ou de coco selon les constitutions). Selon l’Ayurvéda, cette pratique appelée Gandush est conseillée quotidiennement pour favoriser une bonne hygiène dentaire, voire plus. En effet, les textes anciens indiquent que : « Le gargarisme à l'huile donne de la force aux mâchoires, de la force à la voix, une belle rondeur au visage, ainsi qu’un sens du goût aiguisé. [Avec cette pratique,] on ne souffre pas de la sécheresse de la gorge, ni de la peur de l'irritation des lèvres. Les dents ne souffrent pas de caries, mais elles s’enracinent fermement et ne font pas mal. Elles ne sont pas non plus irritées par les remontées acides et deviennent assez fortes pour mâcher même les aliments les plus durs. »

  • S’administrer de l’huile ou du ghee par les narines. Selon l’Ayurvéda, cette pratique appelée Nasya, est conseillée pour lubrifier et nettoyer les voies nasales, pour améliorer la clarté mentale, et pour améliorer la vue. Cela consiste en l’instillation en position couchée de 3 à 5 gouttes de ghee, d’huile de sésame ou d’huile médicinale (comme l'Anu Tailam) dans chaque narine. Il faut respirer ensuite profondément mais doucement. Nasya ne doit pas être pratiquée 1h avant ou après la douche, ni après un exercice physique intense mais de préférence à jeun. Les textes disent à son propos que : « Celui qui pratique Nasya, selon la méthode prescrite, au bon moment, gardera sa vue, son odorat et son audition intactes. Ses cheveux et sa barbe ne deviendront jamais blancs ou gris ; ses cheveux ne tomberont pas, mais pousseront en abondance. Les torticolis, les maux de tête, la paralysie faciale, les rhinites et les tremblements de la tête seront ainsi atténués. Nasya nourrit les vaisseaux sanguins, les articulations, les ligaments et les tendons du crâne, leur donnant plus de force. Le visage deviendra joyeux et rebondi, la voix deviendra douce et ferme, et tous les sens deviendront plus clairs et seront considérablement renforcés. Les maladies liées à la tête [psychologiques, ndlr] et au cou ne s’attaqueront pas soudainement à l’homme âgé. Les effets de la vieillesse n'affecteront pas la tête. »

  • Se masser avec de l’huile (de sésame, de coco ou de moutarde selon la constitution). Cette pratique, appelée Abhyanga en Ayurvéda, permet de garder une peau souple, douce et sans rides. Elle favorise les circulations sanguine et lymphatique, et le sommeil si elle est pratiquée avant le coucher. Se masser le crâne préviendrait le grisonnement et la perte des cheveux. L’Abhyanga réduit plusieurs types de douleurs et favorise la relaxation en général. Il est conseillé de commencer par se masser les extrémités et de poursuivre en direction du cœur. Les membres doivent être massés de façon linéaire, les articulations de manière circulaire. Les textes anciens disent à son propos que : « De l’huile sur la tête tous les jours soulage les maux de tête, empêche le grisonnement prématuré et la chute des cheveux, tout en renforçant considérablement les os crâniens. Les racines des cheveux deviennent plus fortes, les sens deviennent plus clairs, la peau du visage devient plus lisse et la personne dort profondément et est heureuse. Si on met quotidiennement de l’huile dans les oreilles, il n'y a pas de maladies de l'oreille de type Vata, pas de raideur du cou ni des mâchoires, aucune difficulté à entendre et des risques réduits de surdité. Une peau enduite d'huile l'huile devient ferme et belle, les troubles Vata sont soulagés et la tolérance aux difficultés et aux contraintes physiques est améliorée. Le massage est extrêmement bénéfique pour la peau. Par conséquent, on devrait le pratiquer régulièrement. Le corps d’une personne habituée aux massages à l’huile est moins susceptible d’être blessée par un traumatisme externe ou par à un effort physique intense. Une personne qui se masse tous les jours avec de l’huile voit sa peau devenir lisse, forte et belle, ralentissant ainsi son processus de vieillissement. »

  • Se doucher / Se baigner. La douche ou le bain élimine le surplus d’huile du massage qui pourrait créer des toxines. Selon l’Ayurvéda, le bain n’est pas seulement purifiant et rafraîchissant mais il améliore aussi la clarté mentale et il revitalise le corps. Il est recommandé d’utiliser des savons naturels, sans produits chimiques. Les mois d’été, les plus chauds, il est conseillé d’utiliser de l’eau plus fraîche qu’en hiver pour aider le corps à rester en phase avec son environnement naturel. A propos du bain, Snaha, les textes anciens disent qu’il : « purifie, favorise la virilité et la longévité, élimine la fatigue, la transpiration et la saleté, apporte la force physique et améliore Ojas au plus haut degré. »

  • Pratiquer le yoga. Une pratique des postures (Asanas) et des exercices de respiration (Pranayamas) du yoga adaptée à notre constitution permet de soulager de nombreuses conditions tout en maintenant le corps souple et fort. Selon l’Ayurvéda l’activité physique douce est recommandée, l’activité physique la plus intense est à éviter. Je ne m’étends pas ici sur le sujet car cela pourrait nécessiter de nombreux développements. L’important est de savoir quel type de yoga pratiquer pour vous.

  • Méditer. Les bienfaits profonds de la méditation sont énormes et ne sont plus à démontrer. De même que pour le yoga, il existe plusieurs types de méditation (centrée sur les sensations, sur une image, sur un son ou un mantra, …) et chaque type est plus adapté à une constitution qu’à une autre. La méditation apporte paix, clarté d’esprit et harmonie.

Il existe d’autres pratiques qui sont traditionnellement incluses dans la Dinacharya, comme l’emploie de collyres (Anjana), le fait de fumer différentes substances (Dhumapana), ou encore le fait de « bien s’habiller » et prendre soin de soi par une belle manucure. Les pratiques que j’ai détaillées ci-dessus sont, à mon avis, celles qui présentent le meilleur rapport efficacité/facilité de mise en pratique.

A vous de créer votre propre routine quotidienne !

106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout